Morts pour la France


Le monument aux morts

A la sortie de la guerre, Saint Amand Magnazeix compte ses morts. Quatre-vingt-douze de ses fils sont décédés lors du conflit. Pour la plupart d’entre eux, leurs dépouilles reposent sur les champs de bataille là où ils sont tombés ou dans les grands cimetières militaires du Nord et de l’Est du pays.

Pour honorer leur mémoire, la commune, comme toutes les villes de France, fait ériger un monument aux morts, obélisque sur laquelle sont gravés les noms des morts. Pour les familles, le monument tient lieu de sépulture où elles peuvent venir se recueillir, lire le nom de leur défunt. Le monument aux morts redonne à ces soldats une existence et rappelle leur sacrifice.

La construction du monument aux morts est réalisée par la commune en liaison avec les familles. Le projet est soumis à l’approbation préfectorale et doit aussi recevoir l´accord d’une commission d´examen créée au niveau départemental pour veiller à l´esthétique de l’édifice.

Aucun texte réglementaire ne détermine les conditions d’inscription sur les monuments aux morts, il existe cependant une règle simple : le monument aux morts est édifié au cœur de la commune, la commune ne peut être que le lieu de naissance ou du dernier domicile du soldat, la mention « Mort pour la France » doit être inscrite à l'état civil.


La mention ''Mort pour la France'', le livre d'or

La mention "Mort pour la France" a été instituée par la loi du 02 juillet 1915 modifiée par la loi du 28 février 1922, elle n’a pas été attribuée automatiquement à tous les soldats ou civils décédés lors de la Première Guerre Mondiale. Seules les personnes décédées entre le 2 août 1914 et le 24 octobre 1919, morts sur le champ de bataille ou à cause de dommages directement imputables au conflit, étaient susceptibles de la recevoir.
Par ailleurs, l’attribution de la mention doit faire l’objet d’une demande de l’autorité militaire ou administrative ou de la famille du défunt ou de toute personne physique ou morale ayant un motif d’agir au sens juridique du terme.

La mention "Mort pour la France" ouvre des droits pour les familles : pension de veuve de guerre, statut de pupille de la nation pour les orphelins qui sur l'état civil sont notés "adoptés par la nation".

Dés 1919, l'Etat lance le projet d'un Livre d'or comprenant les noms de tous ces héros. Le ministère des Pensions est chargé d'établir, à partir du fichier existant, la liste des Morts pour la France de chaque commune : le livre d'or.

Il est possible de consulter le livre d'or concernant les décédés de la commune de Saint Amand, en cliquant ICI ...

Biographie des 92 enfants de la commune décédés à la guerre

Le nombre de soldats inscrits sur le monument aux morts communal est inférieur au nombre issu de la base nationale des morts, soit 92. L'explication est très simple : certains décédés n'eurent personne pour demander ou apporter la preuve que la cause du décès était la conséquence directe d'un fait de guerre et d'autres, bien que décédés à la guerre de maladie ou d'accident, n'eurent pas droit à la mention "Mort pour la France".

Vous pourrez trouver ci-dessous une courte biographie de tous les soldats décédés natifs ou habitant de Saint Amand Magnazeix qu'il nous a été possible de retrouver ainsi que les lieux et conditions des décès.

Pour accéder au document, cliquer sur la vignette ci-dessous.